License/Fr

From TuxFamilyFAQ
Jump to: navigation, search


Contents

Généralités

Pour votre projet, l'hébergement chez tuxfamily.org vous demande simplement de choisir une licence libre :

  • GPL pour du code (ou BSD si vous voulez), GFDL pour de la documentation

Gplv3-127x51.png Lgplv3-147x51.png Agplv3-155x51.png autres tailles de logos

  • CC-BY-SA 3.0 (de préférence aux autres CC) ou plutôt Art Libre pour des textes, de la documentation, un wiki ou un blog, ou œuvres culturelles (images, photos, dessins, musique, films, autre...)
  • GPL et Art Libre s'appliquent bien pour des oeuvres créées avec Blender ou Inkscape (ou tout autre logiciel libre d'édition de graphisme, vidéo, musique...), car elles incitent à fournir la source initiale plutôt que de se retrouver avec un fichier png ou une vidéo non modifiables. Cela permet aussi leur inclusion dans des jeux sous licence GPL pour rester homogène.
  • ou toute autre licence libre de votre choix (demandez-nous sur notre salon irc si vous avez un doute, mais déjà parmi celles ci-dessus il y a de quoi faire)

Nous sommes ouverts à d'autres licences libres, demandez-nous ou renseignez-vous par vous même pour faire votre choix : c'est en début de projet que ce choix doit être effectué (il est possible d'en changer par la suite, mais s'il y a plusieurs contributeurs ce n'est pas forcément évident de tomber tous d'accord... ou tout simplement de réussir à contacter tout le monde).

Par exemple pour la GPL, vous pouvez consulter :

Vous trouverez plus de détail sur :

Si vraiment vous souhaitez ne pas vous casser la tête, sélectionnez la licence WTFPL (euh non, en fait, prenez en une ci-dessus, la GPL par exemple).

Pourquoi une licence libre?

Quelques raisons d'une licence libre, disons au sens FSF, cette liste n'étant pas exhaustive.

  • sans licence spécifiée, le droit d'auteur s'applique stricto sensu ce qui empêche :
    • la redistribution (et donc le partage et la réutilisation)
    • la possibilité de modifier ce que vous avez publié (et indirectement la réutilisation)
  • le choix d'une licence permet d'octroyer des droits supplémentaires par rapport au droit d'auteur de base
    • le choix d'une licence libre s'appuie sur le droit d'auteur : vous restez l'auteur de ce que vous créez et publiez
    • le choix d'une licence copyleft (GPL, CC-by-sa, Art Libre) demande à ce que les travaux dérivés conservent la même licence
    • la GPL et Art Libre identifient une source préférée pour les modifications, ce qui permet de bénéficier des mêmes outils que le développeur pour créer des travaux dérivés, avec la même qualité

Un contre-exemple, celui des CC avec une clause NC ou ND :

  • NC : non commercial
  • ND : no derivative

Prenons l'exemple d'un film d'animation qui serait sous CC-BY-NC-ND... toute ressemblance avec un cas réel serait purement fortuite... (les performances du passé ne présagent pas de celles pour l'avenir, l'erreur est humaine et toute autre formule adaptée). Ne vous y trompez pas, ceci n'est pas une critique de ceux qui font ce choix, déjà ils ont choisi une licence ce qui est bien mieux (et précis) que beaucoup, en outre elle incite au partage (c'est de la diffusion partageable) avec quelques limitations néanmoins, distinguant la volonté des libristes qui poussent une définition binaire de ceux que le partage suffit à contenter.

Si vous êtes dans ce cas, vous avez fait un choix de licence initial, ce qui est déjà très bien : cela octroie déjà un certain nombre de libertés. Personnellement, je préfère la licence Art Libre ou du CC-BY-SA, plus proches de l'esprit de la GPL.

Notamment, pour les raisons suivantes : le changement de NC / ND requière l'autorisation de tous les ayants-droits (s'il n'y en a qu'un, cela simplifie un peu) et cela ne résiste pas au problème de l'île déserte : si les auteurs restent injoignables, pas moyen d'utiliser votre production dans un cadre incompatible avec NC ou ND, même si une partie des ayant-droits était pour...

NC, par défaut :

  • pas de diffusion sur CD accompagnant un magazine par exemple
  • pas de diffusion sur des miroirs qui auraient de la publicité (google adsense ou autre), limite votre diffusion
  • pas de diffusion sur des sites qui auraient des films à la carte, marginalisation de votre production en dehors des circuits bénéficiant d'une large publicité
  • pas de diffusion sur chaîne de Free via Freebox (celle de freenews par exemple)
  • pas de diffusion dans un cinéma indépendant avec des publicités au début
  • pas de diffusion lors d'une LAN party ou d'une soirée avec entrée payante
  • pas de reprise lors d'un concert pour une musique ou une chanson

ce ne sont que des exemples qui montrent que la diffusion de votre production peut être limitée voire marginalisée du fait du choix du NC. En enlevant le NC, il y a potentiellement une diffusion possible beaucoup plus largement, sans que vous ayez à être sollicités en permanence. Le principal souci avec le NC est que cela bloque des utilisations que vous auriez pourtant reconnues comme légitimes, n'est-ce-pas ?

ND, par défaut :

  • pas de possibilité de proposer une autre bande annonce
  • pas d'ajout de sous-titres (en espagnol, en anglais, ...)
  • pas de doublage
  • pas de transformation en un format lisible / réduit sur PocketPC, smartphone android, ni même sur iPhone (le comble)
  • pas de réorganisation des scènes, pour supprimer des passages choquants pour certains publics par exemple
  • pas d'extraction d'une image du film pour la mettre sur une affiche

AMHA, enlever NC et ND ne signifie pas que vous n'aurez pas votre mot à dire sur les utilisations faites de votre production : il faudrait voir un avocat pour voir en quoi les droits patrimoniaux / moraux / droit de l'image peuvent intervenir pour vous rassurer sur les utilisations possibles dans le cadre d'une licence CC-BY-SA.

Concernant la clause NC, elle semble toujours intéressante au premier abord par nos amis artistes. Si on creuse un peu plus on s'aperçoit que le fait de choisir la clause NC est en quelque sorte se mettre en dehors du système en refusant le système marchand dans lequel nous vivons. Donc foncièrement faire son petit truc à coté sans aucune remise en cause. C'est aussi un peu d'individualisme, "si je veux en tirer des bénéfices, je peux, mais seulement moi". La clause NC est vue comme une protection, en fait il s'agit d'une protection de sa propre personne et non d'une protection de l'oeuvre elle même. Une licence libre est là pour protéger l'oeuvre ou le code, à cet effet les clauses BY et SA suffisent amplement, ou tout autre licence libre.

Concernant la clause ND, dans une moindre mesure mais elle semble aussi intéresser certains de nos amis artistes. Ici il s'agit d'une appropriation forte de l'oeuvre, "c'est la mienne et personne n'y touchera", c'est la fermeture brutale et violente aux améliorations et réutilisations de l'oeuvre qui font parti des principes les plus forts du libre. Tu souhaites vraiment faire du libre ou juste du gratuit pour te faire connaitre ?

Le libre est un état d'esprit à part entière dans lequel il faut s'imprégner, ce n'est en aucun cas un tremplin pour se faire connaitre et ensuite décider de changer radicalement de politique.

La différence d'approche telle que je la comprends entre l'Art et le logiciel libre, c'est qu'un artiste peut voir sa création comme un produit fini, là où dans le logiciel il y a toujours possibilité d'ajouter des fonctionnalités ; il me semble pourtant qu'il y a moyen de faire converger les deux visions, dans le monde numérique de nombreuses possibilités étant nouvelles. En outre, combien de musiciens indiquent qu'ils se sont inspirés d'autres artistes (librement...) : toute création peut s'appuyer sur des épaules de géant :-)

Bizarre de tenter d'expliquer le pourquoi des licences libres avec si peu d'arguments "pour", sans doute parce que cela nous paraît naturel tellement dans notre équipe nous y sommes habitués... Tout comme ci-dessus vous avez trouvé des arguments concrets, autant évoquer des raisons positives des licences libres plutôt que de passer pour de doux rêveurs...

L'intérêt des licences libres

Je ne vais pas vous refaire le discours des 4 libertés (oui oui c'est très teinté de FSF cette notion de liberté des licences), cela est bien mieux décrit sur http://gnu.org et notamment http://www.gnu.org/philosophy/free-sw.fr.html

Je vais aussi laisser un peu la parole aux collègues dans cet espace d'expression collaboratif...

  • certains ont choisi (comme pour cette page de la FAQ) de multi-licencier leurs travaux : cela permet de gérer directement les incompatibilités de licence (le travail est disponible au choix de l'utilisateur dans les principales licences souhaitées, ce qui permet de le réutiliser dans d'autres projets). C'est le cas par exemple de http://cookerspot.tuxfamily.org/wikka.php?wakka=WikiLicense
    • le choix de la GFDL permet d'inclure les textes dans wikipedia
    • le choix de la CC-by-sa permet d'inclure les textes dans les wiki en CC-by-sa ou dans des livres
    • le choix de la GPL permet d'inclure le code ou les documentations dans des programmes en GPL (la documentation faite sur un wiki peut facilement être fournie sous GPL, le "source" étant soit le texte en syntaxe wiki soit le rendu HTML, les deux étant des "form for modification")
    • le choix de la licence Art Libre est approprié pour du texte et permet de promouvoir cette licence qui mérite d'être connue

Vous pouvez consulter les fiches du libre pour approfondir quelques uns des aspects de la philosophie du libre.


http://fr.wikipedia.org/wiki/Musique_libre et http://fr.wikipedia.org/wiki/Licence_libre permettent de voir la différence entre musique libre et seulement en libre diffusion.

Les freewares : du temps perdu, pour tout le monde

Pour nous, freeware ou gratuiciel signifie : http://www.gnu.org/philosophy/categories.fr.html#freeware et n'entre pas dans la catégorie des logiciels libres

Tu peux lire avec profit http://www.gnu.org/philosophy/philosophy.fr.html ainsi que http://www.gnu.org/philosophy/free-sw.fr.html Cela permet de comprendre la perte de temps que peut représenter pour tout le monde le fait de supporter des freewares propriétaires.

Nous sommes ouverts à en parler, même si la plupart des réponses sont sur http://www.gnu.org/philosophy/why-free.fr.html

Concernant le NC, Eric S. Raymond (fondateur de l'OSI) s'est exprimé aussi : http://www.framablog.org/index.php/post/2012/09/07/eric-raymond-creative-commons-nc

Liens pour approfondir

Présentations du libre

Réflexions autour du libre


Réflexion autour du partageable

Aussi appelé libre-diffusion et confronté à quelques limites (comme le NC)

Licence de ce document

Vous pouvez compléter ces exemples et utiliser ce texte sous la quadruple licence, au choix :

Copyleft.gif - Cc-by-sa-88x31.png - Cc-GPL.png - Gnu.png